08/06/2007

2ème jour à SAPA

Dimanche 25 mars 2007 : SAPA randonnée

Nous nous apprêtons pour l’excursion d’une journée à travers les montagnes et les rizières en passant par les villages de  Lao Chai et Ta Van, en compagnie d’une guide M'hong.

Au moment de partir, panique ! Je ne retrouve plus ma pochette en bandoulière qui contient ma carte bleue et les espèces. Nous fouillons toute la chambre en vain. La guide nous attend déjà dans le hall et nous sommes stressés à l’idée de l’avoir perdue pour de bon. Nous alertons l’hôtelière et repartons sur le parcours de la veille au soir. Persuadée d’avoir pu l’oublier au resto, nous nous y précipitons mais elle n’y est pas. Je me rappelle alors que nous étions entrés dans une boutique de sacs …… oufff !!! effectivement, elle s’y trouvait. Le vendeur l’avait retrouvé sur l’étalage. Quelle gourde je fais ! je contrôle ma pochette et rien n’a disparu. Nous remercions le vendeur avec un pourboire. Quelle frayeur !!!

Soulagés, nous pouvions enfin partir avec notre guide qui était toute aussi contente que moi de ce dénouement.

Notre guide appartient à la tribu des mhongs noirs. Elle parle l’anglais mais savez-vous comment elle l’a appris ? … non pas par l’enseignement car ici, elles n’ont pas le privilège de faire des études … mais simplement en écoutant et en échangeant avec les touristes. Chapeau bas !

Ce fut un véritable plaisir de partager cette journée en sa compagnie. Agréable, souriante, sympathique, pleine d’humour .. bref une adorable petite bonne femme à rencontrer.

Elle se prénomme Ban (qui se prononce Bane, mais je ne sais pas l'orthographier).

Notre parcours durera 6 H en empruntant les pistes de montagne. Nous découvrons de nouveau des paysages magnifiques et pittoresques : rizières, cours d'eau, ....

Peu à peu, nous rejoignons d'autres groupes de touristes. Nous sommes nombreux mais chacun de nous est en contemplation devant ces superbes paysages, et la marche se fait presque silencieuse.

Nous faisons connaissance avec notre guide et échangeons sur nos modes de vie. Nous improvisons même une lecon de traduction anglais - français - vietnamien - langage m'hong. De bons fous rires entre nous.

Nous faisons une halte dans une maison locale à l'aval d'un cours d'eau pour déjeuner et se reposer après ces quelques heures de marche. Tous nos groupes de rando sont réunis là pour un repas copieux, préparé et servi par nos guides.

Nous sommes les premiers à repartir sur le sentier en direction de Ta Van, un village typiquement montagnard, traditionnel, avec des gens accueillants. Trois ethnies minoritaires y vivent : Mông noir, Dao rouge et Giay.

Ayant pris une petite longueur d'avance sur les autres groupes, nous nous retrouvons seuls et privilégiés en compagnie de Bane et d'une de ses amies qui s'est jointe à nous en chemin et qui , par traduction, se prénomme .... devinez comment ? .... Lilie

Cette deuxième partie de randonnée s'avère un peu plus difficile qu'au matin. Les pistes grimpent à flan de montagne et deviennent de plus en plus étroites et escarpées. Il fait aussi très chaud. Je commence à peiner et à m'essouffler, mais nos accompagnatrices si joviales me donnent la main pour passer les endroits un peu tortueux.

Nous traversons des villages, des fermes, rencontrons les habitants, observons discrètement leur labeur. De çi, de là, en toute liberté, des buffles, canards, poulets, cochons, chiens...

Les hommes travaillent la terre à l'ancienne alors que les femmes pratiquent l'artisanat et proposent la vente aux touristes.

D'ailleurs, tout au long du chemin, il n'est pas rare que d'autres m'hongs accompagnent nos pas, et de fil en aiguille, tentent de nous vendre quelques bijoux, sacs, plaids, vêtements ....

Ceci dit, je tiens à préciser : il faut savoir que ces minorités ne profitent réellement que d'une faible part du marché touristique, et n'en demeurent pas moins parmi les populations les plus pauvres et les plus défavorisées.

D'autre part, il va sans dire que l'essor du tourisme dans ces régions montagneuses ne va pas sans une certaine dénaturation de leur mode de vie et de leur environnement. Tôt ou tard, ces infrastructures touristiques créées par l'Etat, tendront à faire disparaître l'authenticité des traditions de ces ethnies.

En chemin, à proximité de Ta Van, au terme de notre excursion, nous rencontrons une des filles de Lilie qui se joint à nous. Au cours de notre rando, j'avais refusé à plusieurs reprises les articles artisanaux qui nous avaient été proposés, car j'avais promis à Lilie de lui acheter une de ses confections en arrivant à son village. J'ai donc tenu ma promesse, et nous lui avons acheté une chemise pour Lolo et des housses de coussin. Une autre femme "dao" a fini par faire craquer Lolo de lui acheter un "papo" (chapeau). J'ai moi-même été touchée par leur générosité et leur gentillesse, car elles m'ont offert sur le chemin du retour, des boucles d'oreilles et des bracelets pour nos filles.

Après cette superbe journée, nous rentrons à Sapa mais cette fois en motobike. Oufff ! car je n'aurais jamais eu le courage de remonter les 10 kms jusqu'à Sapa.

infrastructures hotelières sur le chemin de lao chai

Guide Hmong noir1

ferme a Lao Chai

 

Buffle

 

Culture du riz en terrasse

 

Debut de promenade

 

Avec la hotte

Ferme dans la montagne

 

Ferme

Laie et marcassins

travail dans les rizières

 

 

femme m'hong et son bébé

 

 

entre ethnies et touristes

Jeune filles minorité Hmong

 

Lao Chai

lyly dans le paysage

la descente est raide

quel beau coq

ferme a Lao Chai

Lao Chai rizieres

Lao Chai le double pont

Nos guides

Le long du chemin

Iguane 2

Randonne dans les campagnes

Lezard

Vue de la vallee

Village Zay de Ta Van

Dzao

Remontee avec les enfants

De retour en ville, nous nous sommes attablés à la 1ère terrasse de café pour un repos bien mérité et un grand rafraîchissement. Nous avons aussi bien ri en regardant 3 jeunes qui faisaient une animation de rue. L'un chantait, l'autre jouait de la guitare, tandis que le troisième transportait le haut parleur et faisait la quête auprès des touristes. Ca valait la photo !

Après ça, nous retournons à l'hôtel nous préparer pour la soirée. Eh oui ! ce soir, je revête ma tenue m'hong pour sortir en ville. J'ai rdv à 19 H devant l'hôtel avec Bàn qui me rapporte un ruban traditionnel de leur ethnie pour me le nouer autour de mes guêtres. C'est encore un cadeau de sa part qui m'a beaucoup touché.

J'ai donc passé la soirée dans mon déguisement local qui aurait presque pu passer innaperçu, mais mes traits européens m'ont trahi, ha ha ha ! Malgré tout, je les ai agréablement surpris. Beaucoup me félicitaient d'avoir oser, et pour une fois, je ne me sentais pas du tout ridicule car j'étais dans le contexte.

Guitariste

Guitare ampli ambulant

Lyly en Mong

Cherchez l'intruse1

Lyly en minorite sur le lac de Sapa

Prochaine étape : direction Lao Caï et Ba Bé

A bientot

13:10 Écrit par yangly dans SAPA | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : sapa, lao chai, ta van |  Facebook |