13/01/2008

4EME JOUR : ARRIVEE A BA BÊ

27 mars 2007 : arrivée au lac Ba Bé

La nuit fut courte et agitée. Tandis que nous dormions d'un profond sommeil, voilà t'il pas que vers 5 H du mat, des cris perçants nous réveillèrent brusquement... n'était-ce qu'un rêve ? ... Eh bien non, nos 2 paires d'oreilles avaient bien entendu le même bruit... c'était un cochon qui se faisait égorger dans l'arrière cour de l'hôtel. Nous nous sommes regardés hébétés tout en se disant que décidément nous étions frappés d'une malédiction. Lol ! Nous nous sommes rendormis tant bien que mal mais nous fûmes de nouveau réveillés quelques heures plus tard par des "toc toc" incessants. C'était notre chauffeur qui faisait déjà les 100 pas devant notre porte, frais comme un gardon, et déjà prêt à repartir, alors que nous étions tous deux dans un état comateux. Lol ! Après un bref ptit déjeuner, nous voilà de nouveau en route avec notre chauffeur plus souriant que la veille.

Nous nous rapprochions enfin de notre destination qui n'était plus qu'à 1 h de route; faut dire qu'en plein jour, le repérage des signalisations était beaucoup plus facile.

Tout au long de ces derniers kms, nous admirions la luxuriante végétation qui défilait devant nos yeux. C'était magnifique.

Nous voilà donc arrivés à destination à l'hôtel du Parc National de Ba Bé, un hotel récent en face d'un grand batiment qui abrite l'administration du Parc. Il y règne une atmosphère de bien être tant la nature sent si bon. L'entrée au Parc côute 10000 dongs.

Le réceptionniste nous accueille chaleureusement et nous installe dans une immense salle ressemblant à une cantine. Nous prenons un rafraîchissement et un guide se joint à notre table pour connaître nos intentions de visites et nous proposer les services de l'hôtel et la carte des excursions. Après quelques négociations de tarifs, nous optons pour la pension complète durant 3 jours et les services du guide pour deux belles excursions.

Après s'être rafraîchi, notre chauffeur vint nous saluer avant de reprendre sa traversée en sens inverse. Malgré son sens dénué d'autodérision, il nous exprima son plus large sourire et sa satisfaction d'avoir pu nous conduire jusque là, malgré les péripéties de la nuit. Il nous tendit sa carte de visite en nous demandant de bien vouloir le recommander auprès des touristes européens. Nous nous quittons dans un bel éclat de rire en le rassurant que nous étions heureux d'être arrivés dans ce paradis. A présent, il connaissait la route sur le bout des doigts et nous lui souhaitons un bon retour chez lui.

Notre guide est un jeune homme charmant et serviable. Il se prénomme Thue (qui se prononce tiou). Il nous conduit jusqu'à notre chambre et nous laisse l'après midi libre pour découvrir le parc.

Nous visitons les allées de l'enceinte du parc, et sommes enthousiasmés de ce si bel endroit plein de quiétude. N'ayant pas beaucoup mangé depuis la veille, nos estomacs gargouillent et l'heure du déjeuner fut la bienvenue. Installés de nouveau dans le grand réfectoire, un repas copieux nous fut servi et nous nous régalons. Etonnament, pour la 1ère fois depuis notre arrivée au Vietnam, je retrouvai le meme goût des petits plats cuisinés par maman ou mes tantes. C'était savoureux. Humm.

Après ce bon repas, nous décidons de faire une grande balade à pied en longeant le lac. Malgré le soleil, une légère brume flotte au dessus du lac. Les kms s'allongent mais l'environnement est si paisible et sauvage à la fois qu'on ne se lasse pas de marcher et de contempler cet havre de paix où le temps semble s'être arrêté. Nous découvrons d'étranges petites bébêtes, des buffles en pleine sieste (lol), puis des scènes quotidiennes d'un petit village, où tous semblent avoir adopter la zen attitude. Après le village, au terminus de la route, nous arrivons à un embarcadère où de petits bateaux servent de navette pour rejoindre l'autre rive d'où nous sommes venus. D'ailleurs, ce sont principalement les villageois du parc qui embarquent. Mais nous sommes en fin d'après midi, et la plupart sont déjà rentrés. Nous embarquons donc tous les 2 ; l'eau est si claire et il fait si bon que Lolo demande à faire une petite halte pour piquer une tête. Le "boat driver" accepte et regarde Lolo d'un air médusé.

De retour à l'hôtel après cette superbe balade, nous étions impatients de continuer la visite de ce site qui promettait de nous réserver encore de belles surprises. Après un excellent dîner, nous avons eu la chance de pouvoir assister dans une petite gargotte, à une représentation de chants thaï délicieusement interprêtés par de jolies femmes qui jouaient et chantaient acapela, en se levant à tour de rôle. Leurs chants évoquent des scènes quotidiennes de la vie. Nous avons été invités à leur table et avons partagé avec elles et les autres convives, le saké. Ca chauffait bien la gorge, lol ! Après cette journée bien remplie, il fut temps d'aller se coucher pour profiter de celle de demain qui sera cette fois, en compagnie de notre guide.

.......... à suivre .......

IMG_4090

carte du Parc Ba Bé

IMG_3785

Entrée du parc

IMG_3736
un arbre colossal

 

IMG_3739

Le lac sous la brume

IMG_3742




IMG_3750

IMG_3751
Une drole de petite araignée coton
IMG_3753

 

 

IMG_3754

le pont avant le village

IMG_3755

IMG_3756
 
IMG_3757
Sieste et bain des buffalos
IMG_3759

IMG_3763
Pigs baby
IMG_3764
Construction d'une bâtisse par les villageois
IMG_3765
scène de vie dans les rizières
IMG_3767

IMG_3768
Pêche au filet
IMG_3770

IMG_3769
escadron de cochon vivant (lol !)

IMG_3774
J'y vais ou j'y vais pas
IMG_3777
le boat driver

IMG_3783
amaryllis dans le jardin de l'hôtel
IMG_3795
Libérez Lyly ! Mort de rire
IMG_3796
Chanteuses thaï
IMG_3799
Mortes de rire
IMG_3800

IMG_3801
A la vôtre ! hic !
IMG_3804
notre compagnon jecko

17/09/2007

5EME JOUR AU PARC NATIONAL DE BA BÊ

28 mars 2007 : Parc National de Ba Bê
 
Descente de la rivière Nàng jusqu'au lac : le bateau part de l'embarcadère situé très loin en amont du lac, à environ 4 kms du village de Cho Râ. Nous sommes descendu jusqu'au lac par la rivière Nàng. En route, on passe sous la grotte Puong, une arche rocheuse naturelle longue de 300 m et large de 40 m. Nous y entendions les cris des chauves souris.
 
 Nous sommes allés au village de Pac Ngoi, situé sur la rive sud du lac. Le bateau s'arrête sur une berge proche du village, nous avons marché à travers les champs de maïs et de rizières. Enfoui dans la végétation luxuriante, au pied d'une falaise calcaire, ce gros hameau abrite une soixantaine de familles d'ethnie thaï (soit 500 habitants). Ils vivent pauvrement d'agriculture et d'élevage (buffles, cochons, canards). Les maisons en bambous reposent sur des piliers en bois. A l'intérieur, le sol est en terre battue. L'eau vient de puits creusés dans le sol. Pour s'éclairer, pas d'électricité mais des lampes à pétrole. Après le travail des champs, pour passer le temps, les hommes fument des pipes à eau faites en bambou. Les femmes s'occupent de métiers à tisser. Quant aux enfants, rares sont ceux qui vont à l'école, ils s'initient au rude travail des champs dès leur plus jeune âge.
 
Après déjeuner, Thu nous a emmené jusqu'aux chutes d'eau de Dâu Dàng. 

 
 
 
 
IMG_3807
 
IMG_3812
IMG_3814
20070428_0318
IMG_3816
IMG_3819
IMG_3820
IMG_3821
IMG_3822
IMG_3823
IMG_3824
IMG_3825
IMG_3826
IMG_3827
IMG_3828
IMG_3830
IMG_3833
IMG_3836
IMG_3839IMG_3840IMG_3863IMG_3865IMG_3866
IMG_3868
IMG_3874
IMG_3875
IMG_3876
IMG_3877
IMG_3878
IMG_3879
IMG_3880
IMG_3888
IMG_3893
IMG_3894
IMG_3896
IMG_3898
IMG_3899
IMG_3900
IMG_3901
IMG_3903
IMG_3904
IMG_3908
IMG_3910
IMG_3914
IMG_3915
IMG_3916
IMG_3917
IMG_3919
IMG_3921
IMG_3925
IMG_3927
IMG_3928
IMG_3931
IMG_3933
IMG_3936
IMG_3940
IMG_3942
IMG_3943
IMG_3946
IMG_3950
IMG_3955
IMG_3956
 

19:59 Écrit par yangly dans BA BÊ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/09/2007

3EME JOUR : EN DIRECTION DE BA BE



Lundi 26 mars 2007
 : Direction Lao-Caï – Ba Bé
Aujourd’hui est et a été un jour mémorable. C’est l’anniversaire de Lolo, et nous allons vivre une périlleuse journée !! lol ! Nous pourrions l’intituler « nous étions sur la route toute cette sainte journée » ou « l’homme qui valait 3 millions de dongs »

En effet, nous reprenons la route pour nous rendre au Lac Ba Bê.

Ba Bê, Parc National, (superficie de 23.340 ha) est l’un des plus beaux sites naturels du nord-est  Vietnam. Une oasis de paix et de fraîcheur. Des monts calcaires, couverts de forêts luxuriantes, servent d’écrin naturel au lac Ba Bê (trois baies) large de 1km et long de 9 kms, situé à 145 m au dessus du niveau de la mer. On se croirait dans un Jura tropical. Plongés dans la brume ou découpés sur ciel bleu, ces sommets évoquent des montagnes ou plutôt des montagnettes. La végétation envahit tout, les arbres prenant racine jusqu’au bord de l’eau. Des lianes effilées et des racines noueuses dévorent en les enlaçant les ultimes rochers immergés. Deux îlots s’élèvent au milieu du lac, rétréci dans sa partie centrale. L’un deux rappelle la forme d’un cheval harnaché traversant un gué, d’où son nom An Mâ (îlot du cheval). Un endroit touristiquement sauvage et vierge. Hormis le minuscule et presque invisible village de Pac Ngoi et  les huttes discrètes de Ba Bê (rive sud) presque personne n’y vit. Aucune construction récente ne défigure cet écosystème  inchangé depuis des siècles.C’est vers ce petit coin de paradis que je vous emmène. Mais à quel prix …. ? Deux solutions s’offrent à nous :  1) rejoindre la ville de Lao Caï et reprendre le train pour Hanoi, puis Ba Bê. Le train ne repart que vers 17 H et arrivera à Hanoi à 3 H du mat ; il nous faudra trouver un hôtel et repartir qu’au lendemain : pas de temps à perdre, bien trop long !2) rejoindre la ville de Lao Caï (passage obligé) et trouver un taxi qui nous emmène directement à Ba Bê en passant par des routes transversales. Si, si, c’est possible, nous avons étudié la carte. Ca nous parait même plus proche, plus simple, et surtout moins long … enfin, c’est ce que nous pensions … nous optons pour cette seconde solution.C’est parti ! Un bus nous attend à notre hôtel de Sapa pour aller jusqu’à Lao Cai. Seulement voila, nous ne sommes pas nombreux et ici, on rentabilise à max. Il faut négocier le tarif, soit nous partons rapidement et nous payons le prix fort, soit nous attendons que le bus se remplisse et nous aurons un rabais. Bon, il fait beau, et puis nous ne sommes pas si pressés. Nous décidons de patienter. Nous faisons des dizaines de détours dans Sapa afin de recueillir un max de monde. L’heure, les minutes passent, et à midi passé, nous sommes toujours au point de départ. Notre patience à tout d’même des limites et le bus peine à se remplir. L’estomac dans les talons, nous demandons à partir, en y ajoutant un supplément. En route  pour Lao Cai. 1 H après, nous sommes sur la place de la gare. Nous entrons dans un petit resto pour déjeuner et trouver un taxi. Ce ne fut pas une mince affaire. On nous répond tout d’abord qu’il est impossible d’y aller en taxi, que la seule et unique solution est de reprendre le train pour Hanoi. Nous insistons fermement en leur indiquant notre trajet sur la carte. Ils sont surpris de notre entêtement à vouloir y aller en voiture. Aucun touriste ne leur avait encore demandé cela. Trop cher nous disent-ils. Et aucun taxi ne voudra nous emmener si loin (400 kms). On insiste encore et encore, tant et si bien qu’ils finissent par téléphoner à quelqu’un.  Alleluia ! l’homme en question au bout du fil accepte de nous y emmener mais le prix lui vaut bien le détour … tenez vous bien ! ….. 2 800 000 dong soit environ 150 €. Exorbitant pour l’économie d’ici, mais nous acceptons. Nous n’avions d’ailleurs pas d’autre alternative. L’hôtesse du restaurant nous assure qu’il connaît le chemin et qu’il parle un peu l’anglais. Celui-ci se prépare et vient nous chercher. Nous n’avons pas la somme d’argent sur nous, il nous faut aller à une banque. L’homme méfiant ne veut en emmener qu’un seul de nous 2. C’est donc moi qui l’accompagne, tandis que Lolo reste au resto. Je lui explique qu’il faut trouver une banque qui accepte la visa. Heureusement, nous trouvons une banque internationale où je peux faire le change. De retour au resto, nous chargeons les bagages dans le coffre et réglons la note. Nous voilà partis. Il est déjà 14 H passé. Notre taxi se prénomme Hanh, un homme plutôt « classe » par ici ainsi que sa voiture. Quelques mots échangés en vietnamien pour se présenter et très vite, nous constatons qu’il ne parle pas un mot d’anglais. A la sortie de la ville, il s’arrête chez un de ses amis censé nous accompagner pour le relayer sur la route. Cependant, ce dernier fait la sieste et n’est pas disposé à partir si précipitamment. Nous partons donc sans lui.  Le début du trajet se déroule plutôt bien malgré que notre homme n’est pas bien bavard. Nos dialogues en vietnamien s’avèrent difficiles. Nous traversons bientôt de magnifiques villages et peu à peu, de nouveaux et splendides paysages se déroulent sous nos yeux. Nous faisons quelques courtes haltes en cours de route pour se délasser et prendre quelques photos. Les kms défilent et la nuit commence à tomber. Sans compter que notre taxi a la pédale lente. Lol ! Le trajet nous semble à présent long et surtout  très monotone car notre homme est un « mur de silence ». Il est 20 H passé, et toujours sur la route. Il s’arrête tout d’même à une station service pour nous ramener quelques victuailles. A notre plus grand regret, nous devons nous contenter d’un simple morceau de pain (environ 1 demi baguette) sans rien dedans, quelques « chips » dégueu et de l’eau. Conscient de mon désarroi, Lolo me regarde d’un air de dire : « t’inquiètes pas ma chérie, on se fera un bon ptit repas en arrivant ». Ce ne fut qu’un rêve pardi … car on ne fut pas au bout de nos peines. Voilà que notre chauffeur commençait à s’égarer sur notre route, demandant son chemin à chaque carrefour, et les directions indiquées n’étant jamais les bonnes. Il tentait tant bien que mal de nous rassurer en nous disant qu’il ne nous restait plus beaucoup de kms, mais à vrai dire, ceux-ci se rallongeaient d’heure en heure.  Déjà bien 8 H que nous roulions et rien ne servait de se cacher la vérité, nous étions bel et bien perdus au milieu de nulle part. Le chauffeur nous agaçait sérieusement. Comme si cela n’était pas suffisant, voilà que tout à coup, il nous annonce qu’il est fatigué et qu’il veut s’endormir quelques minutes.  Il arrêta le moteur en plein milieu d’une route de campagne, baissa son siège, et s’assoupit instantanément.

Nous sortons de la voiture pour fumer une clope en attendant qu’il se repose. Il fait nuit, pas âme qui vive aux alentours, seul le coassement de grenouilles brisant le silence de la nuit. Quelques camions nous doublent en klaxonnant, ne dérangeant pas le moins du monde notre chauffeur dans un sommeil profond à en croire son ronflement. Nous sommes perplexes à l’idée d’arriver à bon port et mon Lolo ne décolère pas. Force est de constater que nous sommes bel et bien dans la galère ! Au bout de 20 mns, nous le réveillons pour repartir. Lolo lui propose de prendre le volant, ce qu’il accepte volontiers, mais à peine 1 km de parcouru, qu’il s’énerve après Lolo en vietnamien lui demandant de s’arrêter. Nous n’avons rien compris de ce qu’il disait. Il a repris le volant et nous avons continué de rouler jusqu’à la prochaine ville de Bàc Kan. Là, c’en était trop, il était minuit et demi et nous étions toujours perdu. On lui a demandé de stopper à un hôtel. Nous avions une faim de loup et étions crevés. Vu l’heure, le service était terminé ; le réceptionniste nous a vendu quelques gâteaux fourrés à la noix de coco et nous sommes montés dans notre chambre. Notre chauffeur s’est aussi logé à la même enseigne. Après une bonne douche, nous nous sommes endormis sans demander notre reste. Ce fut pour nous, la journée la plus périlleuse de tout notre voyage. Et il a fallu que ça tombe le jour des 40 ans de mon Lolo où on se faisait une joie de s’offrir un bon dîner en amoureux. Nous n’avions pas prévu un tel râté ! Joyeux anniversaire mon chéri (mdr). 

La suite … après une (bonne ??) nuit de sommeil …. 
IMG_3698
 
bouddhas rieurs
un sculpteur de racines sur Sapa
mhong
attention danger sur la route
circulation dangereuse
convoi exceptionnel
convoi exceptionnel (désolée pour le flou)
une vietnamienne courageuse
elle est bien courageuse
passage à niveau Lao Cai
passage à niveau à Lao Cai
pause avec le chauffeur
pause avec le chauffeur (grrr celui-là Mort de rire)
paysage1
paysages rencontrés sur notre route
paysage2
paysage3
sur la route
IMG_3727
Lolo et notre chauffeur
paysage de campagne
un village campagnard avec des maisons traditionnelles  : murs en torchis et toit en palmes séchées
un village
une paysanne vietnamienne
traversée en vélo
rizières
de belles rizières à l'horizontal
rizières2
rizières du paradis

08/06/2007

2ème jour à SAPA

Dimanche 25 mars 2007 : SAPA randonnée

Nous nous apprêtons pour l’excursion d’une journée à travers les montagnes et les rizières en passant par les villages de  Lao Chai et Ta Van, en compagnie d’une guide M'hong.

Au moment de partir, panique ! Je ne retrouve plus ma pochette en bandoulière qui contient ma carte bleue et les espèces. Nous fouillons toute la chambre en vain. La guide nous attend déjà dans le hall et nous sommes stressés à l’idée de l’avoir perdue pour de bon. Nous alertons l’hôtelière et repartons sur le parcours de la veille au soir. Persuadée d’avoir pu l’oublier au resto, nous nous y précipitons mais elle n’y est pas. Je me rappelle alors que nous étions entrés dans une boutique de sacs …… oufff !!! effectivement, elle s’y trouvait. Le vendeur l’avait retrouvé sur l’étalage. Quelle gourde je fais ! je contrôle ma pochette et rien n’a disparu. Nous remercions le vendeur avec un pourboire. Quelle frayeur !!!

Soulagés, nous pouvions enfin partir avec notre guide qui était toute aussi contente que moi de ce dénouement.

Notre guide appartient à la tribu des mhongs noirs. Elle parle l’anglais mais savez-vous comment elle l’a appris ? … non pas par l’enseignement car ici, elles n’ont pas le privilège de faire des études … mais simplement en écoutant et en échangeant avec les touristes. Chapeau bas !

Ce fut un véritable plaisir de partager cette journée en sa compagnie. Agréable, souriante, sympathique, pleine d’humour .. bref une adorable petite bonne femme à rencontrer.

Elle se prénomme Ban (qui se prononce Bane, mais je ne sais pas l'orthographier).

Notre parcours durera 6 H en empruntant les pistes de montagne. Nous découvrons de nouveau des paysages magnifiques et pittoresques : rizières, cours d'eau, ....

Peu à peu, nous rejoignons d'autres groupes de touristes. Nous sommes nombreux mais chacun de nous est en contemplation devant ces superbes paysages, et la marche se fait presque silencieuse.

Nous faisons connaissance avec notre guide et échangeons sur nos modes de vie. Nous improvisons même une lecon de traduction anglais - français - vietnamien - langage m'hong. De bons fous rires entre nous.

Nous faisons une halte dans une maison locale à l'aval d'un cours d'eau pour déjeuner et se reposer après ces quelques heures de marche. Tous nos groupes de rando sont réunis là pour un repas copieux, préparé et servi par nos guides.

Nous sommes les premiers à repartir sur le sentier en direction de Ta Van, un village typiquement montagnard, traditionnel, avec des gens accueillants. Trois ethnies minoritaires y vivent : Mông noir, Dao rouge et Giay.

Ayant pris une petite longueur d'avance sur les autres groupes, nous nous retrouvons seuls et privilégiés en compagnie de Bane et d'une de ses amies qui s'est jointe à nous en chemin et qui , par traduction, se prénomme .... devinez comment ? .... Lilie

Cette deuxième partie de randonnée s'avère un peu plus difficile qu'au matin. Les pistes grimpent à flan de montagne et deviennent de plus en plus étroites et escarpées. Il fait aussi très chaud. Je commence à peiner et à m'essouffler, mais nos accompagnatrices si joviales me donnent la main pour passer les endroits un peu tortueux.

Nous traversons des villages, des fermes, rencontrons les habitants, observons discrètement leur labeur. De çi, de là, en toute liberté, des buffles, canards, poulets, cochons, chiens...

Les hommes travaillent la terre à l'ancienne alors que les femmes pratiquent l'artisanat et proposent la vente aux touristes.

D'ailleurs, tout au long du chemin, il n'est pas rare que d'autres m'hongs accompagnent nos pas, et de fil en aiguille, tentent de nous vendre quelques bijoux, sacs, plaids, vêtements ....

Ceci dit, je tiens à préciser : il faut savoir que ces minorités ne profitent réellement que d'une faible part du marché touristique, et n'en demeurent pas moins parmi les populations les plus pauvres et les plus défavorisées.

D'autre part, il va sans dire que l'essor du tourisme dans ces régions montagneuses ne va pas sans une certaine dénaturation de leur mode de vie et de leur environnement. Tôt ou tard, ces infrastructures touristiques créées par l'Etat, tendront à faire disparaître l'authenticité des traditions de ces ethnies.

En chemin, à proximité de Ta Van, au terme de notre excursion, nous rencontrons une des filles de Lilie qui se joint à nous. Au cours de notre rando, j'avais refusé à plusieurs reprises les articles artisanaux qui nous avaient été proposés, car j'avais promis à Lilie de lui acheter une de ses confections en arrivant à son village. J'ai donc tenu ma promesse, et nous lui avons acheté une chemise pour Lolo et des housses de coussin. Une autre femme "dao" a fini par faire craquer Lolo de lui acheter un "papo" (chapeau). J'ai moi-même été touchée par leur générosité et leur gentillesse, car elles m'ont offert sur le chemin du retour, des boucles d'oreilles et des bracelets pour nos filles.

Après cette superbe journée, nous rentrons à Sapa mais cette fois en motobike. Oufff ! car je n'aurais jamais eu le courage de remonter les 10 kms jusqu'à Sapa.

infrastructures hotelières sur le chemin de lao chai

Guide Hmong noir1

ferme a Lao Chai

 

Buffle

 

Culture du riz en terrasse

 

Debut de promenade

 

Avec la hotte

Ferme dans la montagne

 

Ferme

Laie et marcassins

travail dans les rizières

 

 

femme m'hong et son bébé

 

 

entre ethnies et touristes

Jeune filles minorité Hmong

 

Lao Chai

lyly dans le paysage

la descente est raide

quel beau coq

ferme a Lao Chai

Lao Chai rizieres

Lao Chai le double pont

Nos guides

Le long du chemin

Iguane 2

Randonne dans les campagnes

Lezard

Vue de la vallee

Village Zay de Ta Van

Dzao

Remontee avec les enfants

De retour en ville, nous nous sommes attablés à la 1ère terrasse de café pour un repos bien mérité et un grand rafraîchissement. Nous avons aussi bien ri en regardant 3 jeunes qui faisaient une animation de rue. L'un chantait, l'autre jouait de la guitare, tandis que le troisième transportait le haut parleur et faisait la quête auprès des touristes. Ca valait la photo !

Après ça, nous retournons à l'hôtel nous préparer pour la soirée. Eh oui ! ce soir, je revête ma tenue m'hong pour sortir en ville. J'ai rdv à 19 H devant l'hôtel avec Bàn qui me rapporte un ruban traditionnel de leur ethnie pour me le nouer autour de mes guêtres. C'est encore un cadeau de sa part qui m'a beaucoup touché.

J'ai donc passé la soirée dans mon déguisement local qui aurait presque pu passer innaperçu, mais mes traits européens m'ont trahi, ha ha ha ! Malgré tout, je les ai agréablement surpris. Beaucoup me félicitaient d'avoir oser, et pour une fois, je ne me sentais pas du tout ridicule car j'étais dans le contexte.

Guitariste

Guitare ampli ambulant

Lyly en Mong

Cherchez l'intruse1

Lyly en minorite sur le lac de Sapa

Prochaine étape : direction Lao Caï et Ba Bé

A bientot

13:10 Écrit par yangly dans SAPA | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : sapa, lao chai, ta van |  Facebook |

22/05/2007

un peu d'histoire ...

Avant de continuer notre aventure, j'en profite pour vous glisser un peu d'histoire sur les minorités de la région que nous traversons. Je précise néanmoins que ces textes sont le fruit d'une recherche sur le net et dont je ne suis pas l'auteur. Si l'un d'entre vous se reconnaît et ne souhaite pas que cela soit publié sur ce blog, faites le moi savoir. Je respecterai votre volonté.
 

La population de la province de Lào Cai est constituée par une véritable mosaïque ethnique. Sur une surface réduite, on peut y rencontrer une extraordinaire variété de peuples, certains uniques au Vietnam.

Les 7 groupes ethniques les plus nombreux dans la province de Lào Cai représentent plus de 90% du total de la population. On rencontre les groupes suivants : les Kinh (Vietnamiens proprement dit) 35%, les Hmong 22%, les Tay 14%, les Dao (Mien) 13%, les Thai 9%, les Nung 4,5% et les Giay 4,3%. Les autres ethnies : Phula, Hani, Latis, Tu Di, Pin Tao, Tu Lao, Pa Di, Sapho, Lolo, Xa Mang ne sont parfois représentées que par quelques villages et quelques centaines d’individus.

 

Les Hmong

Les Hmong, appelés depuis plusieurs siècles "Miao" en Chine, étaient autrefois connus sous le terme "Méo" en Asie du Sud-Est. Environ trois millions, ils sont dispersés sur un vaste territoire depuis le sud-ouest de la Chine (2 millions) jusqu’au nord du Vietnam (600 000), le Laos (environ 250 000), la Thaïlande (150 000) et le Myanmar (ex-Birmanie) (environ 30 000).

Les principaux sous-groupes présents au Vietnam sont les Hmong Blanc, les Hmong Leng, les Hmong Pua, les Hmong Shi ou Sheu et les Hmong Noir. A SaPa, les Hmong Leng sont les plus nombreux, certaines femmes Hmong Sheu et Hmong Pé – avec les jupes colorées et les corsages croisés - viennent du district de Muong Khuong.

A l’origine, les populations Hmong de Chine occupaient de larges plaines au sud du fleuve Yang Tse Kiang. Dès le XVIème siècle, ils ont commencé à migrer vers le sud-est sous la pression démographique, territoriale et politique des Chinois. Au cours de la première moitié du XIXème siècle, les Hmong quittèrent le territoire chinois pour s’installer dans les pays voisins. A cette époque, la grande révolte des Taiping (1850-1872) troubla toute la Chine méridionale (provinces du Guizhou, du Yunnan et du Sichuan) avec pour conséquence de longues famines qui poussèrent de nombreux groupes ethniques à migrer vers le sud. Les Hmong pénétrèrent alors la péninsule indochinoise par le nord du Vietnam où leur présence est attestée près de Lai Chau en 1848. Ces migrations, par vagues successives, furent certainement facilitées par la tradition d’agriculture itinérante des Hmong et par les contacts étroits qu’ils entretenaient avec les caravaniers chinois qui sillonnaient les montagnes d’Asie méridionale depuis plusieurs siècles.

L'économie agraire traditionnelle est aujourd’hui encore basée sur l'élevage familial (porcs, volailles, buffles, chevaux), les cultures vivrières (riz, maïs, manioc) et les cultures commerciales (cardamome et légumes).

L'organisation sociale traditionnelle des Hmong repose sur le clan. Chaque clan est composé de lignages dont l'ensemble des membres se reconnaissent un ancêtre fondateur mâle en commun. La maisonnée hmong, pouvant regrouper sous le même toit jusqu’à quatre générations, est l'unité économique, politique et rituelle la plus importante. Les villages, installés sur les versants montagneux, accueillent plusieurs clans.

Vous les reconnaîtrez à leur costume. Les Hmong Leng de Sa Paqui ne s’appellent pas eux-mêmes Hmong Noir - portent encore des vêtements en chanvre teints à l’indigo naturel (bleu noir). Les femmes couvrent leurs chignons avec un turban rigide bleu-indigo. Actuellement, elles ne portent presque plus la jupe plissée en batik et broderie, mais un pantalon court de couleur indigo. Seuls le col, les manches et la ceinture sont brodés de motifs géométriques avec des fils de soie.

Cette minorité se divise en plusieurs sous-groupes : les Hmong noir, blanc, rouge, vert et Fleur

hmong black black hmong

hmong fleur hmong rouge

Les Dao

Les Dao-Mien sont installés au Vietnam depuis deux à trois siècles selon les régions. L’une des particularités culturelles des Dao est qu’ils possèdent une écriture traditionnelle en caractère chinois. Grâce à leurs textes conservés, nous pouvons retrouver leurs origines dans les provinces du Sud chinois. Les textes sont également le support de leur religion taoïste. Comme les Hmong, autour de Sa Pa, les Dao construisent des rizières en terrasse irriguées par de savants canaux. Ils sont aussi réputés pour l’élevage des cochons et des chevaux.

Les différents groupes Dao de la province de Lao Cai portent généralement des coiffes ou éléments de costume de couleur rouge. Les Dao (Ké Mien) des villages de Taphin et Tavan (district de Sa Pa) ont des coiffes aplaties totalement rouges avec pièces d’argent. Les coiffes des Dao (Ké Mien) du district de Muong Hum (au nord de Sa Pa) sont de forme conique en tissu à fleurs rouges. Les Dao de Bac Ha (Ké Moun) agrémentent leur turban de fils de soie et laine rouge et rose. Les Dao (Iu Mien) du district de Van Banau sud de Sa Pacomposent leur coiffe de pompons rouges et jaunes, elle descend bas dans le dos.

Les femmes dao arborent des costumes sophistiqués, associant un tissage recherché, des perles et des pièces d’argent (la richesse d’une femme se calcule, dit-on, au poids des pièces qu’elle porte). Leurs longs cheveux sont noués dans un grand turban rouge ou brodé.

L'homme porte traditionnellement les cheveux longs noués en chignon sur la nuque mais depuis quelques années, il porte les cheveux courts. Il est vêtu d'un pantalon, d'une veste et d'une chemisette. Le costume de la femme est orné de décorations traditionnelles. La femme Dao porte ses cheveux très longs

Les rizières en escalier sont installées par les populations Hmong et Dao sur des versants qui bénéficient d’une source d’eau suffisante pour maintenir l’irrigation du riz durant toute la saison de végétation. Leur construction et leur entretient nécessitent un travail énorme et, en l’absence de tout instrument, une technique ancestrale élaborée que les paysans pratiquaient déjà en Chine avant leur émigration dans la seconde partie du XIXème siècle.. La surface de terrasses à construire doit être calculée en fonction du débit d’eau disponible. Toutes les terrasses doivent être parfaitement horizontales, condition indispensable pour que toutes puissent bénéficier d’une hauteur d’eau constante avant déversement dans la terrasse inférieure.

viet_femme_daodao blanc

dao rouge

19:04 Écrit par yangly dans SAPA | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : ethnies, lao cai, sapa, hmong, dao |  Facebook |

19/05/2007

1ER JOUR A SAPA

Samedi 24 mars 2007 : Lao Caï / SAPA

SAPA est à 350 kms d'Hanoï, niché sur le flanc du mont Fan Si Pan à 1 650 m d'altitude.

Sapa est surnommé "le village dans la brume" mais aussi "les alpes tonkinoises".

carte sapa et ses environs

 

A l’aube, de petites vietnamiennes vont et viennent avec leur panier pour nous réveiller et nous servir thé ou café, tout chaud dans leur thermos.

A 8 H, nous débarquons en gare de Lao Caï (à la frontière chinoise). A peine sur le quai, des chauffeurs d’hôtel et de tour opérator nous proposent déjà leurs services pour nous amener jusqu’à Sapa. Nous négocions le tarif tout en marchant vers la sortie. En un rien de temps, nous nous engouffrons dans un bus déjà bondé. Nous retrouvons de nouveau nos compères australiens qui eux avaient déjà réservé leur billet sur Hanoï. Le bus quitte la gare mais au détour de chaque rue, entasse un peu plus les passagers et leurs bagages. Quelle rigolade ! Le trajet dure 1 H et nous empruntons des routes de montagne de plus en plus sinueuses. Notre bus chargé à bloc peine à monter les cotes. Il fait un temps superbe et les paysages verts qui défilent devant nos yeux nous ravissent.

oulala dur dur le réveil

Oulala ! dur dur le réveil

Pas le temps de dire ouf

quai de Lao Cai

sur le quai de Lao Caï

paysage sous la brume

Paysage dans la brume pris sur le trajet

sapa2

la ville de Sapa

 

Nous arrivons à Sapa, et au fur et à mesure, touristes et passagers locaux descendent.

Les rabatteurs des hôtels guettent les bus dès l’entrée de la ville pour tendre leur carte aux touristes. Nous n’avons que l’embarras du choix et une fois de plus nous négocions les tarifs. En quelques minutes, le tour est joué. Nous descendons nos bagages à l’hôtel « Pinochio ». La réceptionniste parle anglais et nous propose une chambre au dernier étage sur terrasse. Le cadre est sympathique.

Lolo est néanmoins crevé. Lui n’a pas bien dormi dans le train et depuis Hanoï, il se traîne une sinusite qui ne passe pas. On profite donc de cet havre de paix pour nous reposer un peu et prendre une bonne douche.

En fin de matinée, nous retournons à la réception et prenons quelques renseignements sur les visites proposées. L’hôtesse nous avait remis des fiches d’excursions et l’une d’entre elles avait attiré notre attention. Elle nous laissa y réfléchir.

Equipés d’un petit sac à dos, et de notre précieux guide du routard, nous partons pour le reste de la journée à la découverte de cette nouvelle ville.

C’est jour de marché, et les ethnies locales, principalement des Hmong, sont présentes dans toutes les rues, avec leurs étalages de tissus colorés. Elles confectionnent des vêtements, sacs, plaids, chapeaux, bracelets, taies, …. brodés sur des tissus de chanvre (similaire à de la toile de jute). Ce sont en grande majorité des femmes, toutes vêtues de leur habit traditionnel, qui occupent les stands du marché. Beaucoup d’entre elles ne se contentent pas d’exposer mais déambulent dans les rues principales avec leurs marchandises dans les bras ou dans une hotte en osier sur le dos, pour accoster les touristes et vendre leur artisanat. Les petites filles se prêtent aussi au jeu de marchandage.

Je vous rassure, ce n’est pas de la vente forcée. A aucun moment, elles ne sont agressives, même si vous refusez. Elles sont plutôt très joviales et vous tiennent souvent compagnie sur quelques mètres de balade pour tout simplement discuter. Leur question favorite est « where are you from ? ». Lol !

Hmong eglise Sapa

avec un monsieur "hmong" sur la place de l'église de Sapa

femme Hmong noire

Marchandes Hmong

des femmes "black hmong" et leurs marchandises

 

Dans une petite ruelle, un barbier aborde Lolo pour lui proposer ses services. Pas étonnant que mon Lolo attire l’attention avec sa tête de bon routard, aux cheveux longs et à la barbe défraîchie. Mdr !

Voilà une toilette qui tombe à pic, vu que nous n’avons pas de rasoir dans notre trousseau. Lolo se prête donc aux mains du barbier minutieux.  Mais comme toute bonne compagnie ne se fausse pas si vite, notre homme, ravi, décida de scruter d’un peu plus près les oreilles de Lolo. C’est alors, qu’il sortit d’un étui, une longue et fine tige métallique à la pointe courbée qu’il introduisit dans les nonors de Lolo pour lui extraire, devinez quoi ? ... de la cire bien jaune. Mouarf ! stupéfiant ! pour finir, il cassa un bout de lame et avec dextérité lui rasa le duvet à l’intérieur des oreilles. Lolo n’osait pas broncher mais ça le chatouillait. Il n’en menait pas large, et le barbier semblait bien amusé.

Il voulut aussi lui couper les cheveux bien entendu. Lolo refusa tout net cette fois. Pensez-vous, il a dut avoir la frousse de se retrouver avec la tête d’un moine bouddhiste. Hi hi !

Barbier de Sapa

Coiffeur de rue

 

Nous avons continué notre balade au milieu des étals et fîmes une pause déjeuner sur la place du marché.  Des viandes, poissons et légumes sont exposés et vous n’avez plus qu’à choisir vos mets que la cuisinière prépare devant vous sur un petit réchaud. Nous avons choisi des brochettes de porc et de bœuf grillées accompagnées de patates douces. Un petit barbecue en somme.

Brochette et patate douce sur la place de Sapa

barbecue sapaïen

restos sur la place du marché de Sapa

place du marché resto à Sapa

 

Nous partons ensuite pour une randonnée pédestre à proximité, afin de visiter le village de Catcat où vivent des Hmong, et la chute d'eau se situant dans une petite vallée.

Cette visite peut se faire sans guide, il suffit de payer une taxe à l’entrée du village, de 5 000 dongs, soit 0,25 € par personne.

Nous entamons une descente de quelques kms en lacet sur une piste bien entretenue à travers une zone maraîchère, et quelques villages habités par la minorité "Mhong". Ces habitants vivent essentiellement de la culture de riz. Nous sommes émerveillés d'admirer toutes ces rizières en terrasses qui nous entourent et nous observons les scènes de vie des habitants "hmongs" de ce paisible village montagneux. Nous y croisons aussi quelques minorités Dao rouge. C'est une balade tout d'même très touristique mais qui vaut le détour.

Lorsque nous atteignons la chute d'eau en contrebas du village, nous décidons de nous éloigner du troupeau de touristes trop bavards afin de profiter de cet environnement de verdure si détendu. Nous nous faufilons donc discrètement par un sentier derrière les pas d'une femme "mhong". Ouf ! plus d'autre touriste à l'horizon. De petits sentiers en petits ponts, nous nous enfonçons peu à peu dans une forêt luxuriante et nous atteignons un cours d'eau se faufilant entre des rochers. C'était l'endroit idéal pour faire une pause et se détendre loin du tumulte de la ville. Puis on continua un peu la balade sur ce sentier qui n'en finissait pas. Nous y verrons meme des chèvres  Comme il se faisait tard, nous devions retourner sur nos pas.

Nous sommes les derniers touristes à quitter le village et il nous faut remonter jusqu’à Sapa par une route qui monte raide. Il suffirait de payer un gars pour nous remonter en scooter, mais nous refusons. Evidemment, les mètres s’allongent et je commence à grimacer de fatigue. Lolo m’encourage en disant que c’est bon pour ma ligne. Grrr !!!

 

descente à Cat Cat

sur la descente de Cat Cat

Sur le chemin de Cat Cat

mère black hmong et son enfant sur le chemin de Cat Cat

En allant vers Cat Cat

Ferme de CAT CAT

paysage et ferme de Cat Cat

Culture Hmong dans la montagne

Scène de culture à flanc de colline

cat cat

Cat cat rizières en terrasses

rizières en terrasses

hmongs dans les rizières

 

Cat Cat

 

Dao rouge qui tissent

Des femmes "dao rouge" qui tissent au bord du chemin

dao rouge

 

Champ Arum Cat CAt

champ d'arums

 

Corvee de linge Cat Cat

scène de vie à Cat Cat : la lessive du jour

 

Jeunes filles Hmongs blacks

jeunes filles "black hmong"

Sieste a Cat Cat

la sieste sapaïenne

Cochon de Cat Cat

le veilleur

 

Les trois petits cochons

les 3 petits cochons

 

Travail du Bambou

la taille de bambous pour l'irrigation

 

Diametre des bambous

des bambous géants

adorable poilu de Cat Cat

un adorable petit poilu de Cat Cat

Peluches de Cat Cat

mes 2 bébés

 

cascade de Cat Cat

 

cascade de Cat Cat

cascade de Cat Cat

Ballade le long de la vallee de Cat Cat

Petites filles Hmong a la cascade

petites filles hmong

 

Ventes bracelets pour touristes

 

sur notre sentier

sur notre sentier

Sauterelle de Cat Cat

sauterelle de Cat Cat

 

Fleurs Sapa

Fleurs a Sapa

quelques jolies fleurs au cours de notre balade

Lolo fait le zouave

Lolo qui fait le zouave

 

pause à Cat Cat

notre petit coin de paradis loin des touristes

Lolo fait trempette

les pieds dans leau

 

Biquettes a Sapa

Eh oui ! on rencontre même des petites biquettes

 

Pont Cat Cat

ma frayeur : les ponts suspendus. Brrr ! j'ai le vertige lorsque ça se balance

 

Sapa vu de Cat Cat

Sapa vu de Cat Cat : la remontée sera épuisante

 

De retour à Sapa, après cette marche bien sympathique mais tout d’même épuisante, nous faisons une petite pause avant d’aller dîner et flâner encore au marché de nuit, ainsi que dans les petites boutiques artisanales de la rue principale.

J’avais repéré en face de l’hôtel, un magasin de vêtements traditionnels, et particulièrement une tenue exposée qui me plaisait beaucoup.

Je suis donc rentrée timidement pour y faire un essayage. Seulement voilà, ma morphologie européenne ne fut pas adéquate à celle d’ici. Lol !

Dommage, mais pas pour autant résignée, car d’autres tenues dans la boutique méritaient elles aussi d’être passées. C’est ainsi que je finis par trouver une tenue seyante, et pas n’importe laquelle, celle de la tribu des black mhong. J’étais toute contente comme une petite fille venant d’acquérir sa première robe. Tout l’ensemble ne m’aura coûté qu’environ 20 €. Et je pourrais même le porter en France à l’occasion de la fête déguisée pour les 40 piges de mon Lolo. Chouette non ?

C’est décidé, je porterai même ma tenue demain soir dans les rues de Sapa.

Après dîner, nous faisons un dernier petit tour sur le marché de nuit dit "marché de l'amour" au cours duquel garçons et filles saisissent l'occasion pour s'y rencontrer et papillonner dans la pénombre de la nuit. Sur la place de l'église, nous assistons à une démonstration de danse locale.

Fete traditionnelle devant eglise Sapa

Musique hmong

Instruments traditionnels à Sapa

Violon hmong

 

Sapa by night

Sapa by night photographié de la terrasse de notre hôtel

 

A suivre ....

prochaine étape : Randonnée à travers d'autres villages d'ethnies.

17/05/2007

1ER JOUR A HANOÏ

Vendredi 23 mars 2007 : HANOÏ
(3 057 000 habitants pour une superficie de 2 140 km2)
 

Le lendemain matin, nous nous réveillons au bruit des klaxons qui fanfaronnent à tout va dans la rue. Un p’tit coup d’œil par la fenêtre suffit à constater toute l’effervescence hanoïenne.

rue de la fenetre de lhôtel au petit matin

Nous descendons prendre le ptit déj en compagnie d’un jeune touriste québécois, fort sympathique, qui nous raconte ses premiers déboires en ville (voyageant seul et pas suffisamment vigilent, il se faisait facilement arnaquer).

Le réceptionniste m’annonce que mon oncle a déjà appelé à l’aube et vient nous chercher à 10 H dans le hall. Je suis impatiente de cette rencontre tant attendue.L’heure venue, je retrouve mon oncle venu nous chercher en taxi. Il est accompagné d’un de mes cousins et d’un ami, musicien au philarmonique vietnamien, qui parle français.         

Je suis émue de les rencontrer. On se sert dans les bras durant quelques instants (moment émouvant et heureux), et nous voilà partis pour rencontrer le reste de la famille.
Ils sont tous là, réunis, pour nous souhaiter la bienvenue. Oncles, tantes, cousins, cousines ...une grande et belle famille. La barrière de la langue nous gêne un peu. Je les comprend mais ne réussit pas à dialoguer. Heureusement, son ami est là, ainsi qu’une de mes cousines, Lan, qui parle anglais.

La famille se présente à nous, à tour de rôle. Mon oncle nous offre des cartes d’Hanoï, mon cousin nous présente leur dernière petite fille âgée de 2 mois. Nous immortalisons cette rencontre familiale en photos. Nous leur offrons, tour à tour, nos présents ramenés de France. Beaucoup de linge de maison, des livres, des coloriages et des feutres pour les enfants, … des choses simples dont ils manquent.

Nous nous réunissons autour d’un copieux repas préparé par les femmes en notre honneur. Avant ça, nous avons bu une liqueur en provenance de Sapa, en guise d’apéritif . « chúc sc khe » disent-ils, ce qui signifie « santé ! »

 

Visite famille1

avec mon oncle et ma tante

en famille

Degustation de l apero local1

 

avec ma petite cousine

ma cousine et son BB

en famille2

mes cousins et cousines

mon petit cousin

Après le déjeuner, nous partons visiter quelques monuments d’Hanoï en compagnie de mon oncle, cousin, et cousines.

Le temps est couvert, il pleut ; enfin seulement un ptit crachin.

au bord du lac Hoàn Kiêm

 au bord du lac Hoàn Kiêm

Bateau restaurant Hanoi1

Bateau restaurant sur le lac Hoàn Kiem

Entree du Mausole1

les gardes stoïques à l'entrée du Mausolée

Ho Chi Minh Mausole1

Mausolée d'Ho Chi Minh où repose sa dépouille embaumée

en famille devant le mausolée

mausolée dHo Chi Minh

le musée consacré à Ho Chi Minh

Assemblee des ministres1

un monument administratif ??

Pagode a Hanoi1

à l'entrée de Trân Quôc

Pagode du petit lac1

 

Pagode Hanoi1

La pagode du pilier unique : Chùa môt côt, au milieu d'un bassin de lotus (construite par le roi Ly Thai Tô en l'honneur de la déesse Quan Am

Lolo et moi a la pagode du pilier unique

avec mon Lolo

avec mon oncle près des encens

avec mon oncle (huumm ! ça sentait bon le santal)

Jardins Pagode1

dans la cour, reconstitution d'une montagne avec bonsaïs

Pagode pleins de bouddhas1

La pagode Trân Quôc, la plus ancienne de la capitale, construite au VIème siècle et rénovée en 1815

Tour de Pagode1

Cette grande tour symbolise les étapes de la vie de Bouddha

Lolo et les mandarines

fais gaffe Lolo, Bouddha t'observe

 

hotel des Bouddhas

 

offrandes

 

Offrande pagode1

 

Autel pagode1

 

Autel boudhiste1

Les 5 photos ci-dessus représentent des autels consacrés aux grands bonzes et aux trois mères (mère céleste, mère terrestre, mère des mères)

Orchidees jardin pagoda1

orchid

de magnifiques orchidées

dans le petit jardin à la pagode

en famille dans le jardin du temple

dans la cour intérieure de la pagode

 

palais du gouverneur

palais du président, ancien palais du gouverneur général de l'indochine. Où a travaillé mon papa à l'époque.

église du mariage de mes parents

où se sont mariés mes parents

 

En fin de journée, nous retournons boire le thé et embrasser la famille puis nous regagnons l’hôtel en scooter avec mon oncle et ma cousine.

1er coup d’flip dans cette jungle urbaine. Un slalom entre bus, pousses pousses, vélos, autos et population où il faut forcer le passage à chaque intersection.

 

Jungle urbaine de Hanoi1

Rue de Hanoi1

Un ptit tour dans les rues, au passage un grand marché nocturne, et un dernier pho au coin d’une rue avant de retourner à l’hôtel où nous attend un taxi pour la gare.

Cette journée bien remplie nous a harassé. Il va sans dire qu’Hanoï n’est pas une ville de tout repos … c’est une gigantesque fourmilière où la pollution des gaz d’échappement, le bruit incessant des klaxons, l’effervescence (l’agitation) de la foule et des activités, nous incommode malgré tout et nous avons hâte de rejoindre de plus paisibles contrées.

Le réceptionniste de l’hôtel nous accompagne pour les formalités en vietnamien. Nous rejoignons le quai où un vieux train "russe" des années 40 tout poussiéreux nous inquiète et nous amuse à la fois.

Nous traversons les longs et étroits couloirs du train à la recherche de notre cabine.

Nous voilà à peine installés qu’une famille vietnamienne veut nous déloger nous assurant que nous nous sommes trompés.

De nouveau, un chef de gare nous conduit d’un wagon à un autre pour enfin nous désigner la bonne couchette. J’avoue que celle-ci me plaisait mieux. Elle semblait déjà plus confortable.

Nous partageons la cabine avec un couple d’australiens fort sympathique. Nous échangeons nos impressions en bon anglais cette fois. Lol !

A 22 H, heure précise, le train démarre. Très ponctuels ces vietnamiens  En route pour la destination de Sapa.Nous voyagerons toute la nuit (10 H de train jusqu'au terminus à Lao Cai). Lolo et moi sommes agglutinés à la fenêtre du couloir pour tenter de distinguer le paysage. Mais il fait nuit et nous n’y voyons pas grand-chose. Cependant, lors de la traversée d’Hanoï, nous sommes étrangement surpris de constater que le train se faufile à travers des ruelles, frôlant de très près des habitations. Imaginez ce que peuvent endurer ses habitants à longueur d’année.

1 h après, la fatigue me gagne déjà et le couloir est désert. Les passagers sont tous enfermés dans leur cabine. Il est donc temps de se coucher. Nous nous installons tant bien que mal sur nos couchettes. Mais pour tout avouer, j’ai dormi comme un bébé. A peine allongée, le rythme lent et saccadé du train me berçait déjà.

couchette train Hanoi Sapa

Info :

taxi pour se rendre à la gare + tickets pour 2 personnes : Hanoï – Sapa en train couchettes (cabine de 4) : 46 $

A suivre .....

16/05/2007

ACROSTICHES VIETNAM

Avant de poursuivre ce carnet de bord, j'en profite pour y ajouter deux acrostiches réalisées avant mon départ. L'une d'entre elles m'a été offerte par Mimi, une bloggeuse dont l'écriture est son art. Elle avait su capté mon émotion du moment et ses mots m'ont beaucoup touchée. Merci Mimi  Tes mots sonnaient si juste et ne pouvaient qu'avoir une place de choix dans l'entrée en matière de ce nouveau blog

 

acrosticheMimi

Celle de Mimi

AccrosticheVIETNAM

La mienne

15:29 Écrit par yangly dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

15/05/2007

 1er SOIR A HANOÏ

Départ de l'aéroport ROISSY CHARLES DE GAULLE à PARIS le 21 mars 2007 à 00 H 30

Escale à l'aéroport international de MOSCOU le 22 mars 2007 à 6 H 25

Départ de MOSCOU à 8 H 40

Arrivée à HANOÏ à 22 H 55

Au total : environ 15 H de vol

 

22 MARS 2007

 

Nous arrivons à l’aéroport international de Noi Bai, distant d’environ 40 km du centre ville d’Hanoï. Il est 22 H 55 heure locale. Une chaude moiteur se fait déjà sentir en descendant de l’avion. Après les formalités de douane, nous effectuons un peu de change au guichet et nous voilà dans le hall où de nombreux taximens tendent leurs affiches sur lesquelles sont inscrits des noms de touristes. Le nôtre ne semble pas être encore arrivé. Nous en profitons donc pour fumer notre clope dans ce bain de foule (eh oui hein, trop longue abstinence pour nous durant ce vol )

mais déjà, on nous accoste de toutes parts pour nous accompagner à notre hôtel. Heureusement, le chauffeur que nous avions réservé arrive.

Nous parcourons les boulevards à vive allure et découvrons déjà que le klaxon fait partie intégrante du code de la route. Lol ! que ce soit pour doubler ou à chaque intersection, le « tut tut » est de rigueur.

Nous voilà arrivés à notre « Prince Hotel », situé en plein centre du vieux quartier d’Hanoï. Une multitude de badauds déambulent dans les rues. Les petits restos de "trottoir" sont encore ouverts.

On nous annonce que l’hôtel est complet, on nous conduit donc à un autre hôtel 200 m plus loin : le "Old Street Hôtel" tout aussi charmant. Le jeune réceptionniste nous accueille chaleureusement. Après les petites formalités, nous nous posons enfin dans notre chambre plutôt sympathique, de style colonial.

Nous décidons de faire un ptit tour dans le quartier, histoire de se plonger déjà dans l’atmosphère d’Hanoï. Les rues sont plutôt sombres à cette heure ci, mieux vaut ne pas trop s’éloigner. Nous prenons donc place dans un ptit resto au coin d’une rue pour se rafraîchir et manger un morceau. 1er encas vietnamien : des nems pour Lolo et un bol de Pho pour moi (soupe traditionnelle du vietnam : ma préférée) et la 1ère bière « Hanoï beer »

On nous repère vite en tant que touristes et quelques jeunes viennent faire la causette avec nous. Nous apprécions déjà leur convivialité.

La rue se vide peu à peu, il est 1H30 du mat ; nous rentrons à l’hôtel nous coucher.

plan vieux quartier dhanoi


hotel old street chambres old street hotel
Old Street Hôtel **
Adresse : 23 Ma May street
Hcan Kiem - Hanoï
ou
15 $ la nuit en chambre double, ptit déj compris

23:50 Écrit par yangly dans HANOÏ | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : hanoi, oldstreethotel, vietnam |  Facebook |

DESTINATION VIETNAM

fs10zekk

Pour nous, pour vous …

J’ouvre ces pages en mémoire à ce merveilleux voyage au Vietnam, terre de mes aïeuls … mes racines, ma patrie …l’autre moitié de moi.

Mon souhait a été accompli ; j’ai découvert d’où je viens et surtout j’y ai rencontré ma famille.

Ce voyage fut sensationnel tant en découvertes qu’en émotions, et en rencontres.

Je remercie mon Lolo pour m’avoir permis de vivre cette aventure.

A présent, je vous invite à nous suivre tout au long de ce carnet de voyage…

Bonne visite et au plaisir de vous lire aussi

693712

19:00 Écrit par yangly dans PRESENTATION | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vietnam |  Facebook |

04/05/2007

En construction

Image hébérgée par hiboox.com

 

Ce blog est

 

EN CONSTRUCTION

 

patience !

 

Préparation du journal

de bord...

book lyly lolo

 

enveloppe bisous

21:51 Écrit par yangly dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |